Les 60 disques à retenir pour en finir avec 2016…

patchwork pochettes best of 2016

\\ LP

01. The Avalanches – Wildflower

Le haut de notre podium revient cette année au disque que nous aurons probablement attendu le plus longtemps depuis que nous sommes en âge d’être patients, & il ne squatte évidemment pas la 1ère place pour cette seule raison, mais bien parce que le résultat fût à la hauteur de l’attente.
Seize ans se sont écoulés depuis le précédent album des australiens, & cela fait une bonne dizaine d’années qu’ils ont annoncé se pencher sur une suite à leur acclamé 1er album, une attente qu’ils ont su entretenir à coups de teasers plus alléchants les uns que les autres, sans que l’on sache jamais vraiment si on devait y croire ou pas, surtout quand c’est via la voix des soi-disant futurs invités du disque qu’ils faisaient passer leur message promotionnel, faisant à chaque fois grandir le fantasme d’une telle réunion & instaurant dans un même temps de sérieux doutes quant à la véracité du message, puisque cela allait être trop beau pour être vrai, & puisque rien ne finissait jamais par sortir, jusqu’au jour où…
Jusqu’à ce 1er juillet 2016 où le disque apparaissait enfin, & le (désormais) duo n’a jamais aussi bien porté son nom, des avalanches dans tous les sens du terme : avalanche de titres (21), avalanche d’idées & de samples (leur marque de fabrique), avalanche d’invités de tout horizon (à l’image de leur son), & le tout guidé par un 1er single éclaireur aux allures de hit estival par excellence, porté par les flows de 2 des rappeurs les plus captivants des dernières années, Danny Brown & MF Doom.
En matière de retour, on n’est pas loin du sans faute, & le reste de l’album suit, sans créer de véritables surprises mais en confirmant haut & fort tout le bien que l’on pensait déjà de leur façon de s’exprimer. On retrouve d’ailleurs dans cet album 2 axes qu’ils avaient explorés respectivement dans leur 1er EP & ensuite dans leur 1er album, mais cette fois-ci dans un seul mouvement. On retrouve ce son typique qui avait fait le succès de leur précédent album, le foisonnement de samples tous azimuts, de la flûte de pan à la chorale d’enfants en passant par nombre d’extraits sonores divers, le tout toujours emmené par une basse funky & des beats hip-hop ou électro. Mais alors que leur 1er album ne laissait aucune place aux parties vocales, à l’opposé de leur 1er EP dont la plupart des titres étaient ornés d’une voix en chair & en os, on retrouve dans ce nouvel album une forte présence de timbres vocaux, & la liste des convives à passer derrière le micro est à tomber, ajoutant encore de l’exceptionnel à un menu déjà amplement riche.
S’il faut encore attendre longtemps avant de voir une suite à Wildflower, on veut bien attendre à leurs côtés, à contre courant du rythme du reste du monde, puisque l’on sait désormais que notre attente sera récompensée.
Pièces de choix : Frankie Sinatra – Because I’m Me – The Noisy Eater

 

02. A Tribe Called Quest – We Got It From Here…Thank You 4 Your Service

Ce fût l’autre grand retour de l’année, inattendu celui-ci & malheureusement en partie posthume.
Depuis leur séparation en 1998, nous savions pourtant qu’un nouvel album d’ATCQ était plus ou moins en route. Nous savions qu’ils étaient liés à Jive Records par un contrat qui stipulait la publication d’un 6ème album, puis nous les avons vus se réunir à plusieurs reprises dans les années 2000 à l’occasion de diverses représentations live, & enfin nous avions appris qu’ils auraient apparemment repris le chemin des studios à la suite des attentats de Paris en novembre 2015. Malgré tout cela, le silence qui perdurait autour de cet éventuel dernier disque avait fini par nous laisser croire que les embrouilles internes avaient peut-être définitivement enterré l’espoir de voir un jour apparaître du nouveau matériel. La triste disparition de leur membre fondateur, Phife Dawg, le 22 mars dernier, apportait le coup de grâce. ATCQ n’est plus.
C’était sans compter sur Q-Tip, qui aura donc été le générateur discret de cet ultime album du collectif, allant jusqu’à créditer les productions de ce dernier au nom d’ATCQ alors qu’il en aura été le principal maître d’œuvre. Et le résultat est une réussite totale.
Réussite totale car il aura réussi à éviter l’écueil du disque ultime de groupe de hip-hop old school qui continue de faire du hip-hop old school comme si l’histoire était restée figée. Rien ici ne résonne nostalgique ou ne lorgne vers l’ancien, bien au contraire, l’ensemble des productions se situe bel & bien sur le devant des musiques urbaines de notre époque, & ce, sans jamais dénaturer le style ATCQ. On y retrouve nombres d’éléments qui ont façonné leur son, baignés ici dans des arrangements dignes de l’air du temps, illustrant brillamment des propos qui le sont par ailleurs tout autant. Le tout orné de ces flows légendaires (& de ceux de bon nombre d’invités 5 étoiles) qui semblent ici au meilleur de leur forme, 18 ans après leur dernier effort collectif, définitivement au-delà du temps, hors du temps…éternels.
Pièces de choix : We The People – The Space Program – Black Spasmodic

 

03. Danny Brown – Atrocity Exhibition

La médaille de bronze revient au disque qui aura suscité ici la plus grosse surprise de l’année, le dernier jet du MC de Detroit, Danny Brown.
Un disque qui pourrait prouver, pour ceux qui n’y croient plus vraiment, que le hip-hop reste un genre propice aux expérimentations & autres innovations, un terrain à l’avant-garde, sur lequel Danny Brown vient de s’installer sur le front. D’autant plus que ce n’est évidemment pas en s’y asseyant tranquillement, mais bien en y semant un tumulte jouissif, provoqué par une série de petites bombes soniques confectionnées avec le 2ème homme du disque, Paul White. Car la plus belle idée en amont de ce 4ème album aura été de confier la quasi-totalité des titres aux soins du producteur britannique (qui aura juste mis au monde 2 brûlots cette année, le 2nd étant le fruit de sa collaboration avec Open Mike Eagle, Hella Personal Film Festival – en 13ème position sur notre échelle du plus meilleur de 2016). Même si les autres participations ponctuelles sont de haut niveau & résultent d’excellents morceaux (notamment Petite Noir & ses accents new-wave, Playa Haze & sa promenade old school, The Alchemist & son hip-hop oblique), c’est surtout là que la folie opère, quand les 2 se retrouvent en tête à tête, de préférence avec rien autour, pour que rien ne les empêche de se mettre en danger. Les productions de Paul White sont ici des lieux accidentés, des terrains glissants sur lesquels on imagine difficilement bon nombre de rappeurs se risquer, alors que le flow teigneux de Danny Brown rebondit ici dans tous les coins, à l’aise comme jamais, comme chez lui. À suivre le personnage depuis un moment, on imaginait déjà aisément que le tumulte devait être son ami, on se rend compte finalement que c’est plus que ça, c’est son moteur, à explosion(s).
Pièces de choix : Ain’t It Funny – Dance In The Water – Golddust

 

04. Adrian Younge – Something About April II

05. DJ Shadow – The Mountain Will Fall

06. Warhaus – We Fucked a Flame Into Being

07. Anohni – Hopelessness

08. Nicolas Jaar – Sirens

09. Twin Rains – Automatic Hand

10. Lady Wray – Queen Alone

11. Santigold – 99 Cents

12. Mr. Lif – Don’t Look Down

13. Open Mike Eagle & Paul White – Hella Personal Film Festival

14. The Shacks – The Shacks

15. Rafter – Xyz

16. Jamie T. – Trick

17. Samiyam – Animals Have Feelings

18. Wax Tailor – By Any Beats Necessary

19. Atmosphere – Fishing Blues

20. Bon Iver – 22, A Million

21. Elysian Fields – Ghosts Of No

22. Radiohead – A Moon Shaped Pool

23. The Kills – Ash & Ice

24. deM atlaS – mF deM

25. De La Soul – And The Anonymous Nobody

26. Sage – Sage

27. Fudge – Lady Parts

28. Keren Ann – You’re Gonna Get Love

29. Nick Cave & The Bad Seeds – Skeleton Tree

30. Agnes Obel – Citizen Of Glass

31. L’Orange & Mr. Lif – Life & Death Of Scenery

32. The Last Shadow Puppets – Everything You’ve Come To Expect

33. Leonard Cohen – You Want It Darker

34. El Perro Del Mar – Kokoro

35. Kadhja Bonet – The Visitor

36. Emily Jane White – They Moved In Shadow All Together

37. Foxtails Brigade – Foxtails Brigade

38. Birthh – Born In The Woods

39. Haelos – Full Circle

40. Casey Mecija – Psychic Materials

41. Springtime Carnivore – Midnight Room

42. Emily Wells – Promise

43. Soft Hair – Soft Hair

44. Metronomy – Summer 08

45. Prince Rama – Xtreme Now

46. Klangstof – Close Eyes To Exit

47. The Brian Jonestown Massacre – Third World Pyramid

48. Helado Negro – Private Energy

49. David Bowie – Blackstar

50. Bonus best soundtrack : Elliott Smith – Heaven Adores You

 

\\ EP

01. Massive Attack – Ritual Spirit

02. Asher Roth, Nottz & Travis Barker – Rawther

03. Michelle Blades – Polylust

04. Manudigital & Marina P. – Digital Lab Vol. 3

05. Sufyvn – Pseudarhythm Vol. 2

 

\\ singles

01. A Tribe Called Red – R.E.D. (feat. Yasiin Bey, Narcy & Black Bear)

02. Zack De La Rocha – Digging For Windows

03. Atili Bandalero – Got To Go (feat. Prendy)

04. William Z. Villain – Anybody Gonna Move

05. Euanwhosarmy – For Nothing (feat. Lyndsey Lupe)

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>